Les footballeuses trouvent leur place au SLO

Le football féminin prend son envol du côté de Vidy. Alors que la 1e équipe rêve de promotion, la structure est progressivement mise en place.

 

En plein essor au niveau mondial, le football féminin se développe également à Stade Lausanne Ouchy. Un projet ambitieux, qui prend peu à peu forme, et dont les prémices datent d’il y a déjà quelques années. «L’arrivée du foot féminin au SLO date d’il y a cinq ans, raconte Roberto Annese, responsable du football féminin à Vidy. Cela s’est fait avec la création de la première équipe, qui était une équipe de foot-plaisir. A partir du mois de juin 2019, on est venu auprès du comité, avec Imer Selimaj, que je tiens à mentionner car il joue un grand rôle pour le foot féminin ici, avec un projet visant à faire évoluer le foot féminin à Stade Lausanne Ouchy. A ce moment là, on a créé l’équipe de FF15 et avec ça on essaie de voir jusqu’où on pourra aller».

L’équipe de FF15, une première pierre posée à l’édifice, qui obtient de superbes résultats, ayant notamment terminé à la première place de son championnat l’automne passé. Gagner et monter en puissance, est-ce l’objectif de ce mouvement ? «Dans le projet que l’on a élaboré, on souhaite aller le plus haut possible. Le train du football féminin est en train de partir, et il nous faut ne pas le louper, image Roberto. Il nous faut nous mettre au travail si on veut atteindre notre but, qui serait à terme la Ligue nationale». Un objectif ambitieux, mais loin d’être inatteignable si les choses sont faites correctement. «Les choses bougent un peu partout. On peut voir que, par exemple, les Genevois ont agi vite et bien, avec Servette qui a absorbé Chênois et sont aujourd’hui leader en Ligue Nationale A. Il n’y a pas de raison qu’on ne puisse pas faire pareil à Lausanne, qui est une ville avec un potentiel énorme» développe le responsable.

Preuve du potentiel de ce projet, les rênes de la première équipe ont été confiée l’été dernier à Maurizio Trancanelli et Milaim Hoxha, qui étaient auparavant formateurs au Team Vaud. Ces derniers sont venus avec quelques joueuses issues de la formation vaudoise. Une attractivité qui devrait encore augmenter lorsque cette première équipe parviendra à monter en 3e ligue, son objectif avoué. «Que la Une monte dans la hiérarchie, ça crée une vitrine pour notre projet. Cela permet d’attirer plus de filles. Aujourd’hui, on a déjà des signes d’intérêts de joueuses évoluant dans des clubs de la région, qui souhaitent rejoindre le SLO» explique Annese. 

«Ce sont de vraies clubistes, qui veulent apporter quelque chose au club»

Le projet, lui, consiste à créer une structure complète pour le football féminin. «Dans une structure, il est important de commencer par la base. C’est pour cela que nous avons démarré avec la création d’une équipe de FF15. Avant cette étape, les filles évoluent avec les garçons jusqu’en Juniors C, pour avoir des bases techniques. On aimerait cependant mettre en place des cellules avec des entraînements spécifiquement pour elles, afin de les intégrer dans un groupe de joueuses qui se connaissent, explique Roberto Annese. Par la suite, on aimerait aussi pouvoir créer une autre équipe junior voire une autre équipe d’actives».

Créer d’autres équipes, une étape indispensable tant les effectifs du SLO grandissent. Depuis le mois de juin, le nombre de joueuses dans les équipes féminines stadistes ont en effet doublé, pour passer à environ cinquante footballeuses, réparties entre l’équipe junior FF15 et la première équipe en 4e ligue. Un formidable engouement au sein du club, d’autant plus que les filles y sont venues avec un magnifique état d’esprit, tant sur le terrain qu’en dehors. «Ce sont de vraies clubistes, qui veulent apporter quelque chose à Stade Lausanne Ouchy. Elles sont toujours présentes et prêtes à donner un coup de main dans nos manifestations. On peut véritablement compter sur elles et c’est une grande fierté de les avoir ici» témoigne Roberto Annese.

Légende de la photo: “De gauche à droite: Maurizio Trancanelli, Xenia Colliard, Anisa Selimaj, Milaim Hoxha”

Rencontre avec la Première équipe

Ces filles, entrainées par le duo composé de Maurizio Trancanelli et Milaim Hoxha, qui sont-elles ? «Actuellement, on a un cadre de 22 joueuses. La moitié de l’équipe provient du SLO, trois ou quatre sont du Lausanne-Sport et le reste nous a suivi depuis Team Vaud» entame le coach Hoxha.

Dans cet effectif, on peut retrouver Anisa Selimaj, attaquante et capitaine de l’équipe. Passée par la 2e ligue inter avec le Lausanne-Sport puis la 1e ligue avec Yverdon, elle a posé ses crampons à Stade Lausanne Ouchy il y a de ça 3 ans. On peut également retrouver Xenia Colliard, latérale qui a fait ses premiers pas sur le rectangle vert à six ans, sous les couleurs du FC Renens, avant de rejoindre Team Vaud à ses 12 ans, où elle a rencontré Maurizio Trancanelli et Milaim Hoxha. Elle les a ensuite suivi au SLO lors de leur venue l’été dernier.

Toutes les deux tirent un bilan positif du projet stadiste. «Les choses se passent bien. Le club est en progression et on sent que des gens, comme nos coachs Maurizio et Milaim, Roberto Annese ou encore mon papa, Imer Selimaj, font bouger les choses.» raconte Anisa.

La capitaine analyse ceci tout en portant un regard critique sur la situation globale du football féminin. «Le foot féminin progresse bien mais il ne reste pas assez médiatisé. Par exemple, début mars il y avait des matchs de qualification pour l’Euro féminin 2021, mais personne ne le sait car presque aucun média n’en a parlé».

Pourtant, les footballeuses stadistes, à l’image de millions de joueuses à travers le monde, font leurs preuves sur le terrain. Qualifiée pour le tour final qui pourrait lui offrir la possibilité de monter en 3e ligue, la troupe du duo Trancanelli-Hoxha répond aux attentes qui étaient placées en elle. «C’est un bilan positif jusqu’à maintenant. Il y a évidemment toujours des choses à améliorer, et du travail à faire, mais on est en bonne voie pour atteindre notre objectif de promotion» résume le coach Maurizio.

En bref, le football féminin se met en place de par le monde et Stade Lausanne Ouchy ne souhaite pas se laisser distancer. Alors qu’un projet ambitieux se met en route, permettant aux footballeuses stadistes de se faire une place sur les terrains de Vidy, une seule chose est sûre: les Lionnes n’ont pas attendu le feu vert pour démontrer toutes leurs qualités.