des jeunes
en pleine progression

Depuis le début de l’année, les 800 juniors stadistes avaient progressivement fait leur retour sur les terrains. S’ils ont été freinés dans leur élan par le maudit virus, cela n’empêche pas de mettre en avant l’excellent travail réalisé au sein des différentes équipes. Photo: Alain Schmitz

 

Le travail de Roger Burger, directeur du mouvement junior stadiste, porte ses fruits. Outre l’avancement du projet de groupement junior, 2020 démarrait également sur les chapeaux de roues pour les différents Lionceaux, de l’école de foot aux A inter en passant par les multiples équipes de juniors que compte Stade Lausanne Ouchy.

La reprise se déroulait donc avec l’arrivée d’un nouvel élément positif: le groupement avec Chavannes-Epenex. «La collaboration se fait naturellement, les joueurs et les parents ont adhéré. Beaucoup de jeunes veulent au fond juste jouer et ils sont contents de pouvoir participer à ce groupement» analyse Ricardo Carvalho, le responsable technique des catégories E, D et C. (9-15 ans)

En fin de compte, chaque équipe a pu préparer son second tour dans de bonnes conditions. Avec quels objectifs ? «La progression des joueurs. On cherche également toujours cette dimension sociale, et pouvoir intégrer les jeunes. Les plus grands cherchent aussi les résultats, avec des finales à aller chercher par exemple», annonce le jeune responsable technique.

Des objectifs honorables mais qui ne pourront être honorés ce printemps, faute d’un maudit virus. Ce qui ne doit pas cacher le superbe travail abattu ces dernières saisons et notamment lors de l’automne 2019.

 

Les B inter voulaient aller chercher les finales

Des résultats, c’est ce qu’obtiennent les juniors B inter d’Hicham Kadoum et Mehdi Hassani, deuxièmes de leur groupe en Coca-Cola Junior League, avec un point de retard sur le leader Martigny. «On est très satisfait de ce premier tour, tant pour nous les coachs que pour les joueurs. Les jeunes ont peut-être quelques regrets avec quelques points perdus sur certains matchs», résume Hicham.

Exigeants envers eux-mêmes, les joueurs ont participé avec beaucoup de sérieux à la préparation hivernale. «On a repris les entraînements en salle peu après la pause de Noël. On a ensuite continué sur de la condition physique, avec des séances organisées avec l’aide de David Reymond, préparateur physique de la Une en Challenge League. Un encadrement qui est un vrai plus pour les joueurs. La preuve: on a 98% de présence sur ces semaines», poursuit le co-entraîneur de cette équipe.

Après avoir fait également quelques séances vidéo et travaillé un peu le jeu sur les dernières semaines, le retour au championnat devait voir les Lionceaux viser un objectif fixé en concertation avec les coachs: atteindre les finales suisses. Et, pourquoi pas, en ramener quelque chose. Des ambitions qui démontrent d’évidentes qualités mentales et morales de l’équipe.

«Les garçons ont faim et sont motivés pour aller le plus haut possible»

Faim et détermination

Même son de cloche pour les juniors C inter, entrainés par le duo Alexandre Badibanga – Luigi Blunda. «Un très bon premier tour au niveau de la progression individuelle, tant mentalement, techniquement que tactiquement. Aussi, on est premiers du championnat avec la meilleure attaque et 10 victoires en 11 matchs. On a juste eu une petite défaite qui a permis aux jeunes de garder la tête sur les épaules. Cela montre un bel état d’esprit dans l’équipe. On a également deux joueurs, notre meilleur buteur et notre capitaine, qui sont pris en double-qualification dans l’élite avec Team Vaud, ce qui est gratifiant pour nous les coachs et montre qu’on travaille bien avec toute l’équipe», raconte Badi, entraîneur assistant de la “Une” qui porte donc aussi la casquette de coach pour cette équipe de jeunes.

Un bilan positif de ce premier tour pour cette équipe, qui a confirmé lors de la préparation hivernale. «On a joué 8 matchs amicaux, beaucoup contre des équipes d’élite nationale, pour un bilan de 7 victoires et 1 match nul. C’est très positif» résume Badi. Une préparation qui a aussi vu ses joueurs effectuer pour la première fois des séances de préparation physique. «Cette saison, on a insisté sur les protocoles d’entraînements, sur les échauffements musculaires, renforcer les mises en train habituels, etc,… c’est nouveau pour eux mais ça leur apporte beaucoup», explique l’entraîneur.

De bonne augure avant la reprise, qui devrait voir les jeunes Stadistes enchaîner trois matchs à la maison avant d’aller disputer un “derby” à la Tuilière face à leur dauphin, Malley. «L’objectif du club est toujours le maintien de l’équipe dans cette catégorie. C’est fait, et les garçons ont faim et sont motivés pour aller le plus haut possible, gagner avec la manière pour conserver cette première place et aller jouer les finales suisses», conclut Badi, en ajoutant encore que la collaboration avec les autres équipes de juniors C ainsi qu’avec Chavannes se passe très bien. «Les jeunes sont souvent prêts à aller donner des coups de main dans les autres équipes en cas de besoin. L’esprit de club est très présent et c’est très important».

Les D9 élite se préparent pour le grand saut

Du côté des D9 élite régionale de Davide Intignano et de son assistant Marco Tonso, la préparation s’est également bien déroulée. Malgré quelques difficultés. «C’est un peu délicat de s’organiser avec les camps de ski, les activités diverses, l’école. On se retrouve certaines semaines à 10 ou 11 alors que d’habitude on est 14 ou 16. C’est aussi une catégorie plus compliquée, la dernière où ils jouent à neuf joueurs sur un petit terrain», explique Davide. Une situation qui ne les empêche pas de travailler. «On travaille beaucoup les différentes phases de jeu, les transitions, etc,… selon ce dont les enfants ont besoin» résume le coach.

Une préparation au final réussie, qui suit un premier tour qui l’était tout autant. «Au niveau des résultats, c’était presque parfait avec 10 victoires en 11 matchs. On a bien joué au ballon et on a remarqué de belles individualités dans l’équipe», résume le volubile coach.

De quoi attiser les ambitions, même si le point d’orgue, qui devait être un tournoi international en Bretagne, n’aura évidemment pas lieu. «Sur le plan sportif, c’est dommage, car c’est un tournoi de foot à 11, donc on sort de notre catégorie. Mais c’est surtout un moment important pour les enfants dans l’apprentissage de la vie: ils font une vente de pâtisseries pour financer le tout et on fait huit heures de TGV pour aller à Quimper où ils sont logés en famille d’accueil». Le défi sera donc pour les coachs de réussir à apporter le plus possible aux joueurs afin de les préparer au mieux au passage en juniors C.

Entre progression et ambition, les différentes équipes de jeunes du SLO sont prêtes à retourner sur les terrains. Reste à savoir quand, car le virus du foot n’est désormais plus le seul à avoir son mot à dire.