Défaite sur la plus petite des marges face au Rekordmeister

En regain de confiance après le bon point ramené de Chiasso la semaine passée, les Stadistes avaient l’occasion de frapper un grand coup face à GC. Mais, privée de bon nombre de ses éléments pour cause de blessure, la formation de Binotto a du déposer les armes après s’être bien battue.

Les Lions ne sont pourtant pas passé loin de vivre un mauvais début de soirée. Sur une tête zürichoise en tout début de partie, Guedes effectue une parade de grande classe pour dévier le ballon sur le poteau. Le bruit de l’aluminium réveillera le SLO, qui partira à la conquête de la moitié de terrain des Grasshopper. Cet élan offensif se concrétisera sous la forme d’occasions intéressantes. Tout d’abord, une incursion stadiste voit Parapar être fauché dans la surface: l’arbitre ne bronche pas, provoquant l’ire des supporters présents. Quelques minutes plus tard, nouvelle offensive: Laugeois se balade entre les Sauterelles, transmet la balle sur l’aile à Parapar, qui peut centrer pour Gazzetta. Notre milieu offensif peut de justesse reprendre la balle du bout du pied mais ça ne suffit pas: son essai est légèrement trop croisé. Les Lions retourneront au vestiaire sur un score de 0-0, après une mi-temps qui les aura vu prendre le dessus sur leur adversaire du jour.

Malheureusement, le football est parfois cruel. Le SLO, solide derrière, concède peu d’occasions, les tirs zürichois se limitant bien souvent à des essais lointains s’envolant loin dans le ciel nyonnais, ou à des frappes que Guedes pouvait capter sans problème. Mais c’est pourtant sur une de ces tentatives que viendra le seul but du match: un essai en force des visiteurs oblige Guedes à se coucher sur le ballon. La frappe est repoussée mais Cabral est plus prompt à revenir sur la balle et peut la catapulter au fond du but pour ouvrir la marque. Les Stadistes pousseront, mais Grasshopper se contentera de ce but d’avance et jouera regroupé en défense jusqu’au coup de sifflet final.

Une défaite amère pour Stade Lausanne Ouchy. En tenant la dragée haute à un des favoris du championnat, faisant jeu égal avec lui sur l’ensemble de la rencontre et étant auteurs d’une belle première période, le tout malgré de nombreux absents sur blessures, les hommes de Binotto ont montré que leur place dans cette catégorie de jeu ne doit rien hasard. Une performance à réitérer la semaine prochaine à Winterthour. Avec, cette fois-ci, 3 points à la clé !